dimanche 21 juin 2015

L’enfer de notre ingratitude.


Grâce à Jean-Yves Leloup



Tout est grâce. Assemblage cartons, huile, aquarelle. 2010



Qu’est-ce qui peut nous rendre « sensible ›› à la beauté, à la grâce, à la Présence qui se donne à travers toute vérité, toute vie, toute bonté ?

la gratitude… la louange…
la gratitude rend la grâce possible
elle est notre ouverture à l’Ouvert
on pourrait dire ainsi qu’elle précède la grâce

dire merci avant de recevoir
est l’un des secrets du Bienheureux

dès qu’on a dit merci, tout ce qui nous arrive
est merci, miséricorde, grâce et don.

Celui qui ne dit jamais merci, ne reçoit jamais rien,
car ce merci est l’acte même de la réception,
la possibilité d’une réceptivité, d’un accueil,
l’ouverture par laquelle le ciel enveloppe la terre,
l’ouverture par laquelle les dieux peuvent entrer.

Celui qui ne dit jamais merci, garde fermées les portes de la perception,
comme celles de l’affectivité et de la connaissance.

L’enfer dans lequel nous nous enfermons consciemment est celui de notre ingratitude.

Etre incapable de gratitude ou de louange c’est perdre toute joie d’être et de vivre.
Nous mourons de ne pas savoir dire merci, dire merci à notre épreuve, c’est en faire une occasion de croissance, de dépassement ; dire merci à notre mort, c’est en faire une délivrance ou un passage vers une vie plus vaste.

Seuls ceux qui savent dire « merci ›› seront sauvés.

La gratitude met le cœur et le souffle « au large ›› (sens du mot salut iescha en hébreu),
elle est la clef qui nous ouvre à la beauté de toutes réalités visibles et invisibles, c’est elle qui nous permet « d’entrer ›› en philocalie.


Illustration : Robert Empain. 2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Partagez un commentaire sur cette publication