jeudi 7 janvier 2016

Le miracle de la culture qui échappe aux limitations du temps et de l'espace


Grâce à Olivier Maas

Mes lecteurs sont rares et précieux. Et ceux qui m'écrivent sont plus rares et plus précieux encore. C'est donc une grande joie pour moi de publier ici un échange épistolaire récent avec un lecteur particulièrement sensible et cultivé, Oliver Maas, artiste à ses heures, qui anime chaque été avec son épouse Véronique Maas, elle même écrivain, un séminaire de philosophie à Mérigny.    



Bonjour Robert,

Lors de notre dernière entrevue, je t'avais dit que je prendrais contact avec toi, pendant ma lecture de ton livre, afin d'échanger avec toi sur ce sujet. C'est une chose en cours en ce moment : je suis plongé dans Ad Imaginem Dei, à peu près à la moitié de l'ouvrage, alors que ton récit nous emmène à la visite du musée Cézanne à Aix et que tu réfléchis sur la démarche si personnelle et courageuse de ce peintre qui trace la route d'un nouveau regard sur le réel et sa représentation picturale. 

J'ai éprouvé dès maintenant, en cours de route, le besoin de te contacter pour te dire un peu ce que je ressens, avant même la fin du livre. En effet, il ne s'agit pas pour moi de faire un commentaire, élogieux et amical au bout du parcours, car ton livre me touche d'une manière particulière à laquelle je souhaite répondre dès maintenant.

L'idée qui me vient pour caractériser ce que je cherche à exprimer est une notion de globalité : je trouve que ton livre traduit de manière particulièrement juste la globalité d'une démarche : la vie sentimentale et professionnelle, l'expression vive, précise et inspirée d'une aspiration mystique très forte et très vivante, le cheminement d'une réflexion intellectuelle sur les valeurs et la société, une rumination approfondie sur une vocation artistique et les exigences de cette démarche en cohérence avec tes aspirations religieuses, intellectuelles et subjectives, et, pour finir, une iconographie représentant certaines de tes oeuvres personnelles ou celles d'autres artistes qui balisent ton cheminement et permettent d'en apercevoir les fruits. La globalité de ce parcours s'exprimant sur tous ces fronts sonne vrai et me touche, car elle couvre un certain nombre des thèmes  qui ont également occupé mes pensées au cours de ma vie. 

Ton récit sonne vrai à mes oreilles, car par son ampleur il embrasse largement le réel de ton expérience et trouve place dans le réel de la mienne. Ton propos me paraît familier sur de nombreux points et pourtant à chaque fois quasiment, il est plus fort, plus brûlant que celui que j'aurais pu formuler. Ton amour mystique de la vie et du Christ que je partage, bien que chez moi il soit plus modéré, raisonnable voire somnolent. Ta recherche picturale logée au coeur de tes aspirations mystiques, de tes expériences oniriques, et de l'étude poussée des maîtres de la peinture et des théoriciens de cet art ; j'ai un peu parcouru ce domaine, en dilettante et pour moi dessiner et peindre est un plaisir "innocent" qui s'apparente simplement à la pratique d'une langue vivante d'un autre type qui nous met en relation avec la beauté du monde et des hommes. 
Je savoure tes analyses et tes commentaires d'oeuvres d'art pour leur pertinence et la compréhension de l'intérieur de l'oeuvre qu'elles révèlent. 
Voilà ce que voulais te dire dès maintenant. Sache que quelque part en région parisienne un petit bonhomme fait un bout de chemin avec toi, le Robert d'aujourd'hui ou d'hier, un peu les deux probablement, et que cet amicale entraide de l'auteur vis à vis de son lecteur reproduit une fois de plus le miracle de la culture qui échappe aux limitations du temps et de l'espace. Merci bien !
 
A bientôt pour te voir, et de toute façon plus tôt encore pour te lire.
 
Bien amicalement
Olivier


Cher Olivier,

Quelle joie d’apprendre que tu me lis et de lire ce que tu écris ! Je te remercie de ces confidences saisies sur le vif de ta lecture. Oui, comme tu le dis, il s’agit d'une rencontre dans l’invisible, une rencontre qui est, comme tu le dis aussi, le miracle que la culture accomplit par la vie, une Vie qui échappe aux limitations du temps et de l'espace et qui donne chacun à lui-même et à tous... 

Ce livre est tiré de mes carnets de notes des années quatre-vingts, des notes saisies elles aussi sur le vif lors de mes rencontres avec des gens, des oeuvres, des villes, des paysages, des rêves, des songes, des actes de création ; toutes choses que je reconnaîtrai plus tard comme ces grâces qui nous font à l’Image de Dieu, pour autant que nous les recueillions. Des grâces qui nous plongent dans le mystère de notre présence à nous-mêmes et aux autres, nous révélant le miracle vivant que nous sommes grâce à celui qui vit en nous, et qui nous donne de le connaître.

L’art est hospitalité : il nous convie au Festin de la Vie.

Merci de m’encourager à poursuivre car je travaille ces temps-ci à la suite de L’oeuvre invisible que la Vie crée en nous. J’espère te lire à nouveau quand tu seras arrivé à la fin de cette étape…

De tout coeur

Robert


Cher Robert,
J'ai terminé ton livre, dans l'élan d'une lecture captivante ! 
Je comprends que tu as vécu ce qui ressemble à plusieurs vies et que ta vocation d'artiste s'est exprimée de nombreuses manières. Quel parcours riche et fécond !

J'ai hâte d'en parler avec toi au printemps prochain...

Olivier 


Cher Olivier,

Mes carnets ont été écrits - je pourrais dire dictés - par la Nécessité intérieure. Ce qui n'évite pas une mise en forme destinée au lecteur. Cette force de l'esprit qui nous parachève jour après jour est l'oeuvre invisible de la Vie qui espère faire naître en nous l'amour véritable, qui est un don de l'Esprit Saint par qui tout se fait et s'accomplit.

C'est en ce sens que Dieu nous fait à son image : il nous imagine semblable à Lui, vivants et libres, pour que réciproquement nous imaginions l'inimaginable Don qu'il nous fait de participer à son oeuvre d'amour.

Encore faut-il et d'abord que nous écoutions l'Esprit qui nous parle par cette voix, et que je nomme avec Kandinsky la Nécessité intérieure, qui nous donne de le connaître Lui, l'Esprit

Là se livre le "combat plus rude que la bataille d'hommes" comme dit Rimbaud, à savoir le combat contre soi-même, le combat incessant contre le monde, le monde imaginaire que nos désirs de puissance et de jouissance créent à leurs images, un monde absurde que nos esprits, libres de se détourner de Dieu, ont le pouvoir de créer.
  
Ce livre témoigne de ce combat intérieur et créateur auquel j'ai donné la forme de ce récit, aussi fidèle que possible à mes carnets, que tu as eu la patience de lire et la bonté de me dire quel élan de vie tu y as trouvé. Cela m'est très précieux car grâce à toi j'ai le sentiment qu'il n'était pas inutile de l'avoir fait. 

Ton soutien amical, avec ceux de quelques rares lecteurs, me donnent la force de poursuivre le récit de ce périple qui comporte plusieurs vies en effet, mais aussi de nombreuses morts à moi-même suivies de renaissances ; la vie étant ce processus de résurrection continuelle d'Elle-même en nous, fait d'abandons, de dons, de mutations et d'élévations, que je nomme l'Imagination créatrice - un autre Nom de la Vie.


De tout coeur

Robert


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Partagez un commentaire sur cette publication