mardi 28 janvier 2014

L'art comme sacrement


Grâce aux peintres d'icônes



Prière des peintres d'icônes

Toi Maître divin de tout ce qui existe, 
éclaire mon âme mon coeur et mon esprit, 
conduis mes mains afin qu'elles puissent représenter 
dignement ton Image  pour la gloire,
 la joie et l'embellissement de ta Sainte Église


Je poursuis une série aquarelles, commencée il y a plusieurs années, au départ de la prière qu'adressaient à l'Esprit-Saint les peintres d'icônes avant de se mettre au travail. 
Cet acte de peindre était lui-même accompli par ces artistes comme une prière. 
Prière, sacrement, théophanie, rencontre amoureuse du divin et de l'humain, colloque du coeur, où se trouve l'accord juste des figures saintes, des formes, des couleurs et du peintre lui-même. 
Art véritable et vérifiable, art sacré en un mot, par lequel l'artiste prie l'Esprit et par lequel l'Esprit prie avec lui, agissant en lui, le respirant et l'inspirant, illuminant son âme et conduisant ses mains, oeuvrant dans sa chair invisible et, simultanément, dans le visible pour créer ce lieu de médiation et d'apparition appelé une icône.



Face du Christ, Andreï Roublev


Icônes dont la source, le modèle initial et unique, est la Vera icona - la Vraie Image - non faite de main d'homme : l'empreinte directe laissée par la Face ensanglantée de Jésus sur un linge alors qu'Il montait au Golgotha. Icône du Dieu Vivant incarné, du Fils, qui s'imprègne et s'incarne en l'homme qui la pénètre en priant et qui, ce faisant, sauve et restaure en lui l'Image originelle et altérée du fils qu'il est, et que nous sommes tous, nous qui, semblablement, sommes faits à l'image du Dieu Vivant. 

L'Icône ressuscite en nous la Vie pour autant que la vivions là où seulement elle peut vivre et agir : dans notre coeur. Pour autant que nous priions l'Esprit de nous faire vivre à nouveau, d'illuminer notre chair vivante. Pour autant que nous y écoutions son appel et que nous recevions sa joie de nous rejoindre nous-mêmes en Lui. 



Prière de l'homme, prière de Dieu.  2005




Texte : Extrait des Carnets de Robert Empain. 2000 et 2005 
Illustrations : Images d'oeuvres de André Roublev et Robert Empain 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Partagez un commentaire sur cette publication